Glossaire

A | B | C | D | E | G | I | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V

Open Archive Initiative - Protocol for Metadata Harvesting. Protocole permettant à un entrepôt de données numériques de dialoguer avec un fournisseur de service (par exemple un moteur de recherche). Les métadonnées échangées dans le cadre de ce protocole sont codées au format XML. Voir OAI-PMH for beginners. Ce protocole exige la présence minimale de métadonnées au format Dublin Core oai_dc (15 descripteurs) mais il est prévu pour servir simultanément des métadonnées dans des formats plus élaborés tels que le Dublin Core OLAC qui propose des descripteurs spécifiques au champ de la linguistique (extensions OLAC) ou les métadonnées CMDI préconisées par CLARIN, METS, TEI, RDF etc.

Open Archival Information System. Il s'agit d'une norme ISO (14721:2003)définissant un modèle de référence pour tout système d'archivage de l'information sur le long terme. Le modèle OAIS propose un cadre conceptuel et terminologique définissant en particulier un modèle de l'information et un modèle fonctionnel guidant la mise en place d'un système ou d'un service d'archivage.

Open Language Archives Initiative. Organisation , émanant d'un partenariat international ayant comme objectif d'unifier les pratiques et de créer un réseau de services pour la mise à disposition de ressources linguistiques. Cette organisation définit un format de description (schéma de métadonnées) et fournit des outils pour la communauté (agrégateur, statistiques, analyse qualité, moteur de recherche à facettes). Les métadonnées moissonnées par OLAC comprennent 201493 ressources, concernant 6909 langues vivantes et 515 langues mortes (données au 15 septembre 2014, d'après les statistiques publiées sur leur site.

En tant qu'instance fédératrice, OLAC développe des normes dans la perspective de rendre les données interopérables. Entre autres, OLAC propose une extension "linguistique" des métadonnées Dublin Core : http://www.language-archives.org/REC/olac-extensions.html.

L'ontologie, dans la sphère du web sémantique, formalise les descripteurs et leurs relations dans un domaine donné (ex. linguistique). Cette formalisation sémantique (relations), au-delà d'une description standard (TEI, ISOcat), permet d'effectuer des raisonnements automatisés sur les données. La communauté GOLD (projet financé par E-MELD, The Linguist List) travaille sur la définition d'une ontologie basée sur les pratiques dans tous les domaines de la linguistique.

Dans l'usage courant, l’oral correspond à l'une des modalités d'utilisation du langage faisant appel, pour ce qui concerne les langues vocales, au système phonatoire et articulatoire pour sa production, et au système auditif pour sa réception. Le recours à des signes co-verbaux ou non verbaux, tels que les expressions faciales et les gestes, ainsi que l'apport de la modalité visuelle pour leur réception, caractérisent également cette modalité. L'oral s'oppose principalement à la modalité écrite. En ce sens plus large, l'oral englobe aussi bien les langues des signes que les langues vocales.

Contenu validé par le Groupe de Travail 4 (multimodalité et modalité visuo-gestuelle)