Glossaire

A | B | C | D | E | G | I | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V

L’utilisation du langage dépend de facteurs multiples déterminant la nature du discours dans lequel s’inscrit la communication dans une situation donnée. On distingue différents types de discours ou genres discursifs, qui se caractérisent par des propriétés particulières liées au but de la communication dans la situation d’énonciation, par exemple la narration, l’argumentation, la description, la conversation. Chacun de ces genres peut être différencié de façon plus précise (par exemple, pour la narration, les récits personnels autobiographiques, les récits d’autres événements passés récents, les contes faisant partie du patrimoine culturel...). Des genres discursifs différents peuvent être combinés lors d'une même situation de communication. Le registre de la communication est parfois aussi considéré comme participant au genre discursif, par exemple selon certains paramètres sociolinguistiques de la situation d’énonciation.

Chaque groupe culturel possède son propre répertoire de genres discursifs; certains grands types (ex. narration, conversation) semblent se trouver communément mais leurs caractéristiques formelles et contextuelles peuvent varier notablement d'une culture à une autre.

Contenu validé par le Groupe de Travail 4 (multimodalité et modalité visuo-gestuelle)

Un geste est un mouvement corporel de la tête, des mains, des membres supérieurs (bras, épaules) ou d’une autre partie du corps, intégrant ou non des modifications du regard ou du visage, et qui est pourvu d’une visée communicative intentionnelle. Un geste peut mobiliser plusieurs parties du corps en même temps, comme lorsqu’on salue tout à la fois de la tête et de la main.

Le geste manuel présente une morphologie complexe qui tient à la multiplicité des paramètres permettant de le décrire : geste uni- ou bi-manuel, forme de la ou des main(s), trajet dans l’espace, position et orientation de la ou des main(s) par rapport au corps, mouvement répété ou non, vitesse d’exécution.

De plus, le geste manuel a ceci de particulier qu’il peut être décrit en plusieurs Phase gestuelle (gesture phase).

Le geste est parfois employé de façon autonome, comme un outil de communication se suffisant à lui-même. C’est le cas de « l’emblème », geste doté d’une forme et d’un sens conventionnel, parfois appelé geste « quasi-linguistique » ou glossing gesture en raison du fait qu’une traduction linguistique du geste est possible et qu’il peut se substituer à une verbalisation (ex. : le salut manuel ou céphalique -de la tête-, le geste invitant l’interlocuteur à se taire ou à approcher, le geste de pointage indiquant un objet ou un lieu, le poing brandi en guise de protestation).

Le geste est aussi employé de façon coverbale (conjointe à la parole) et concourt à la réalisation de messages multimodaux (voir Multimodalité (multimodality)). La relation entre le geste Coverbal/non verbal (coverbal/nonverbal) et la parole est tout à la fois de nature « séquentielle » : le geste ou stroke gestuel est réalisé au cours ou non loin de la prononciation du segment de parole (syllabe, mot, groupe, proposition) avec lequel il entre en relation ; « fonctionnelle » : le message gestuel peut redoubler, compléter, connoter ou contredire le message verbal, lui associer un message supplémentaire, aider le locuteur à mettre en mots son message verbal, marquer la progression de la parole et du discours, signaler ses intentions immédiates dans l’interaction en cours ; et « sémiotique » lorsqu’il s’agit d’un mouvement doté de propriétés indexicales (geste de pointage) ou représentationnelles (geste qui permet au locuteur de présentifier et localiser un référent linguistique dans son espace frontal, qui en indique la taille ou en dessine le contour, qui mime un déplacement, qui symbolise, par métaphore ou par métonymie, une idée ou un concept abstrait).

En anglais, gesture désigne aussi bien un geste manuel ou céphalique (de la tête) que les phénomènes de gestualité pris dans leur ensemble. En français, la « gestualité » se restreint pour certains au Geste (gesture) manuel, voire au geste céphalique, alors que pour d’autres, elle inclut les Expression faciale (facial expression), et les changements de position, de posture ou d’attitude au cours de la communication, voire même la proxémique et les changements de regards.

Contenu validé par le Groupe de Travail 4 (multimodalité et modalité visuo-gestuelle)

Fait partie de l'annotation, consistant à aligner un niveau d'analyse avec un niveau de transcription. La glose peut relever de divers niveaux d’analyse : morpho-syntaxique (ex. personne, nombre, cas, aspect…), lexématique (ex : Parties du discours (part of speech, POS)), intonatif (ex : fonctions pragmatiques), etc.

Contenu validé par le Groupe de Travail 4 (multimodalité et modalité visuo-gestuelle)